Autoportrait (... à la porte), 1979

Autoportrait (... à la porte), 1979
Bistre et craie sur papier, 40 x 38 cm



Ruth Baumgarte se présente dans une attitude pleine de confiance en soi. Elle a 56 ans, réussit dans son métier d’artiste, dirige la galerie Das Fenster (La fenêtre), gère une famille recomposée avec cinq enfants et une grande maison et part régulièrement en de longs voyages. Cependant, elle a perdu des personnes proches de sa famille et le mariage avec Hans Baumgarte est souvent confronté à de grands défis.

L’aquarelle, habillement réalisée au bistre et à la craie, montre une femme qui a les pieds sur terre et qui sait ce qu’elle veut. Elle s’appuie avec sa main gauche contre le chambranle de la porte ; la main droite, dont on ne voit que les bouts des doigts, est levée comme pour un salut. Nous ne savons pas si le geste est un signe d’adieu ou de bienvenue. À l’arrière-plan, l’on voit des architectures modernes dans un vaste espace.

La signification symbolique de la porte est ambivalente : les portes créent un lien, mais peuvent également séparer, elles mènent au large ou s’ouvrent en invitant. Dans tous les cas, Selbstbildnis (…an der Tür) (l’Autoportrait (… à la porte)) agit comme une vision prophétique de son propre avenir. Dans les années 1980, son art change et devient plus émotionnel. Elle formule des sujets sociaux brûlants à partir de sa consternation personnelle et de l’attitude individuelle. Et elle trouvera l’accomplissement de son travail artistique tout au long de sa vie dans le cycle africain, présenté à de nombreuses expositions internationales et qui lui vaut la reconnaissance de son œuvre artistique.