Vieux gant, vers 1950

Vieux gant, vers 1950
Aquarelle, crayon et craie sur papier à dessiner, 16,8 x 26,8 cm




Les gants revêtent depuis toujours une grande importance. Ils nous protègent contre le froid, les blessures ou encore la contagion. Les gants nous sont très proches en étant un article vestimentaire nécessaire, surtout maintenant, en hiver. En tant que gants à doigts en cuir fin, ils ressemblent le plus à la main humaine, mais les mitaines en laine ont aussi leur utilité.

En 1950, Ruth Baumgarte dessine une paire de vieux gants de femme : en fait, un motif ordinaire. Cependant, si l’on y regarde de près, la représentation se révèle très artistique et raffinée. Les gants en daim brun avec des coutures latérales apparentes sont posés en croix l’un sur l’autre, les paumes se faisant face. Ils sont déjà bien usés, car les contours des doigts de la personne qui les a portés sont très nets. Les gants semblent être une reproduction des mains qu’ils protègent normalement.

Le majeur du gant gauche posé au-dessous est orienté vers le haut, ce qui donne l’impression que la main se trouve encore dans le gant. Le gant supérieur a l’air un peu épuisé et paraît se reposer. Il est un peu surélevé au milieu, comme s’il ne voulait pas écraser le gant posé au-dessous. Les deux se traitent mutuellement avec précaution et tendresse et tiennent ensemble.